N°:14387 - Conférence sur l'Entreprise au Capital Zéro

200 hits. Publier le : 01 Jun 2017

Littoral / Douala



Prix : 5 000 F


Naît-on entrepreneur ?
Un entrepreneur est selon moi, toute personne qui identifie les problèmes en société et initie des solutions pour les résoudre. Il doit avoir une vision de Leader, intrépide, insatiable et animé par le goût de relever des défis.

Est-ce que l’entrepreneuriat est lié à la tribu ?
L’une de mes connaissances m’a dit un jour être allé à un entretien d’embauche dans une entreprise de la place pour répondre à une offre de recrutement d’un technicien en Logistique et Transport. Lors de l’entretien, le recruteur lui a posé la question de connaitre sa tribu. Pour avoir pris des renseignements sur le recruteur originaire de Mbouda, ma connaissance était très convaincue que sa tribu était un atout du point de vue de la solidarité qui existe entre les ressortissants de cette ville de l’Ouest Cameroun. Lors de l’entretien il est revenu au recruteur de poser la question de savoir quelle était la tribu de notre candidat qui était persuadé que sa réponse était le déclic de son embauche. A lui de dire : ‘‘Je suis Mbouda’’. Notre recruteur lui a retorqué : ‘‘Tu es un faux Mbouda, les Mbouda ne cherchent pas du travail, et si tu te reconnais Mbouda, vas te battre comme les autres parceque je ne peux pas te payer’’…Puisqu’il ne s’agit pas de raconter toute l’histoire dans cet article, cela va m’amener à m’interroger sur : Est-ce que l’entreprenariat intègre donc les valeurs culturelles de l’individu ou pas ?

De quel type d’entrepreneuriat parle t-on ?
Bon nombres de chercheurs ont développé des théories sur la question d’entreprenariat qui jusqu’ici peuvent soulever des débats. A l’instar de Joe Abraham qui liste les entrepreneurs en quatre classes dans ce qu’il a appelé le BOSI. C'est-à-dire, les Bâtisseurs, les Opportunistes, les Spécialistes et les Innovateurs.
Pour moi une question centrale peut se poser, celle de savoir si l’on naît Entrepreneur ou si l’on le devient ? S’il nous revient de prendre l’exemple du Cameroun, ne pouvons-nous pas constater que les Bamilékés sont plus investis et excellent mieux dans l’entreprenariat que les habitants des autres tribus ? Comment pouvons-nous expliquer ce phénomène ?
C’est en me basant sur mon observation personnelle et en m’appuyant sur ma propre expérience que je propose que nous identifions 3 formes d’entrepreneuriat :

o L’entrepreneuriat inné
Cette forme peut être d’ordre culturel voir même génétique. Animé par la passion, l’optimisme caractérisé et l’intense désir de réaliser son rêve, l’entrepreneur inné est plus déterminé à traduire toutes ses pensées en actions concrètes. Il n’a pas peur du risque, Il suit son intuition et prête souvent peu d’attention à l’écoute des conseils. Il tire beaucoup ses enseignements des échecs qu’il vit au quotidien. Il est doué à surmonter les obstacles et à réaliser le succès, surtout s’il a des compétences techniques dans le domaine où il entreprend. On peut le retrouver dans le commerce et l’industrie. Ils sont nombreux à n’avoir pas fait de longues études et partent de rien pour amasser leur fortune. Il est fou de son rêve. Il est très visionnaire et persuadé que ses idées doivent impacter le changement. Il ne peut se satisfaire d'un quelconque salaire et ne s'épanouit qu'en lançant ses propres initiatives personnelles, Il est un fin autodidacte et est prêt à mourir pour le succès de ses projets...

o L’entreprenariat acquis
Parlons de l’acquis financier et de l’acquis intellectuel
L’acquis financier relève des biens issus d’un héritage pourtant l’acquis intellectuel est issu de l’ensemble des connaissances ou des compétences acquises tant dans la recherche personnelle que sur le plan académique, ou en côtoyant même des personnes ayant réussi dans un domaine. Ces acquis peuvent pousser l’individu à tenter l’aventure entrepreneuriale en gérant le patrimoine familial ou en créant soi même son entreprise…Dans cette forme d’entreprenariat, on retrouve des personnes qui prennent du temps de mieux analyser le risque de peur de voir les acquis financiers s’effondrés…

o Les arrivistes de l’entreprenariat
Les arrivistes de l’entreprenariat sont pour la plupart du temps, ceux qu’on peut appeler des ‘‘voleurs d’idées’’, excusez moi si je m’en abuse un peu.
Du fait d’avoir travaillé dans une entreprise ou dans une équipe projet, ils manifestent leur mauvaise foi de dernières minutes pour plagier des idées ou détourner des clients/fournisseurs pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale en étant motivé simplement par l’esprit du gain financier. Ils sont nombreux à avoir créé leur entreprise avec un gros capital issu des fonds détournés, et convaincus que le succès de l’entreprise repose sur le capital financier. Lorsqu’ils rencontrent l’échec, ils ne sont plus prêts à rebondir et reviennent à la charge pour l’emploi salarié en trainant avec eux des dettes et des arriérés de salaires.

Chers entrepreneurs du Capital Zéro, n’écoutez plus les briseurs de rêve, retroussez vos manches et jetez-vous dans l’aventure entrepreneuriale.
N’oubliez surtout pas de prendre part à la prochaine conférence du Business Forum Academy prévue le 15 Juillet à Yaoundé pour découvrir comment entreprendre sans capital à partir des stratégies qui continuent de faire leurs preuves.
Nous prendrons pour étude de cas des projets d’envergure nationale qui fonctionnent déjà ; Si vous êtes honnêtes, dynamiques et croyez au succès entrepreneurial sans capital à la base, n’hésitez pas de nous soumettre votre candidature ce jour. Vous bénéficierez en outre de 10 projets que vous pourrez expérimenter sans capital, en vous appuyant sur nos stratégies.

Merci pour votre contribution
Gustave TCHOUAMO
L’Entrepreneur au Capital Zéro




Vous avez aimé cette annonce ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Annonces similaires