N°:18550 - ETUDE DE FAISABILITE D’UNE FILIERE DE GESTION DES BOUES DE VIDANGE SUR LE SITE AMENAGE DE GADO

83 hits. Publier le : 04 Jul 2018

Est / Bertoua



TERMES DE REFERENCE

ETUDE DE FAISABILITE
D’UNE FILIERE DE GESTION DES BOUES DE VIDANGE
SUR LE SITE AMENAGE DE GADO

Date de soumission limite : 20/07/2018

Période prévue pour l’étude : Du 01/08/2018 au 15/09/2018

Lieu prévu pour l’étude :
Commune de Garoua-Boulaï, région de l’Est, district de Lom-et-Djerem, Cameroun


CONTEXTE ET JUSTIFICATION.

Solidarités International (SI) est présente au Cameroun depuis Juillet 2014, date d'ouverture de la base de Garoua-Boulaï, dans la région de l'Est à la frontière centrafricaine pour répondre à l'afflux important de réfugiés centrafricains. L'ONG est actuellement présente dans les villages de l’axe Garoua Boulai – Betare-Oya et dans le camp de Gado pour couvrir les besoins en EHA (Eau, Hygiène, Assainissement) des populations réfugiées et hôtes. Depuis son implantation dans la zone, SI a mis en œuvre de multiples projets visant à améliorer les conditions d'accès à l'eau et à l'assainissement, les conditions sanitaires et les connaissances et pratiques en hygiène et assainissement des réfugiés et des populations hôtes vivants sur le site de Gado et dans les communes situées le long de l'axe.
Dans le cadre du projet intitulé « Assistance en EHA aux populations réfugiées centrafricains et hôtes dans le district de Lom-et-Djerem, région de l'Est, Cameroun » financé par ECHO, SI s’emploie à améliorer l’accès aux services EHA dans le camp, en particulier par la gestion et l’extension du réseau AEP qui dessert le camp, la construction de latrines plus durables que les latrines d’urgence, et la recherche de solutions pour la mise en place d’un système autonome de gestion des déchets fécaux.

A l’heure actuelle, le camp de Gado accueille 24 539 réfugiés dont la majorité est arrivée en 2014. Les projets EHA mis en œuvre par les différents acteurs ont permis la construction de plus de 500 latrines d’urgence. Cependant, leur localisation ne respecte pas toujours les couloirs sanitaires du camp et leur durée de vie réelle dépasse rarement six mois à un an. Cette situation occasionne un cycle interminable de construction et de fermeture de latrines et, ainsi, la saturation de l’espace des couloirs sanitaires. Dans ce contexte local marqué par la pauvreté des populations et un site aménagé densément peuplé qui tend à se pérenniser, l’accès à l’assainissement ne relève plus uniquement de la construction d’infrastructures de collecte et de stockage (latrines, fosses à déchets) mais désormais aussi du développement de filières de gestion des déchets (fécaux, organiques, inorganiques) pour sortir du cercle vicieux construction/fermeture de latrines d’urgence et tendre à une amélioration pérenne de l’assainissement sur le camp.

Dans le cadre du projet cité ci-dessus, SI vise une réponse plus durable, à travers la construction de 70 blocs sanitaires de 2 latrines à fosses alternées et vidangeables et l’identification de solutions pour la gestion des boues de vidanges. L’approche privilégiée sera la recherche de propositions pour la mise en place d’une filière de gestion des produits de vidange des latrines (les déchets fécaux), des solutions alternatives à différents couts et durée devront aussi être envisagées.
L’étude de faisabilité faisant l’objet de ces TdR s’inscrit donc dans cette stratégie. Elle traitera du système de gestion à la fois les boues de vidange extraites à court terme des latrines existantes à fosse simple et aussi des produits de vidange extraits à plus long terme des latrines durables à fosses alternées. Les différentes solutions proposées doivent avoir pour objectif de contribuer à l’amélioration durable des conditions d’assainissement, tout en intégrant la dimension d’amélioration des moyens d’existence et d’appropriation par la Commune et les acteurs locaux. La recherche de financement pour la mise en œuvre des solutions proposées (approche filière durable ou autre ) s’appuiera sur cette étude.

OBJECTIF GENERAL

L’objectif général de la présente étude est l’identification de solutions techniquement et financièrement viables dans le contexte local pour répondre à la problématique de gestion des boues de vidange sur le site aménagé de Gado.

OBJECTIFS SPECIFIQUES

- Dresser le contexte et l’ensemble des déterminants concourant à la faisabilité des filières de gestion des produits de vidange aux échelles locale et régionale ;

- Définir et caractériser de manière qualitative et quantitative la situation actuelle de l’assainissement quant aux déchets fécaux et identifier les risques, impacts, opportunités et difficultés ;

- Selon le diagnostic dressé (évaluation du contexte, des déterminants influant et de la situation actuelle de l’assainissement), identifier et caractériser les solutions alternatives pour la gestion durable des boues de vidanges, lesquelles pourront intégrer les déchets ménagers si pertinent, évaluer leur faisabilité et quantifier leur cout de mise en œuvre.

RESULTATS ATTENDUS

- Elaborer une présentation contextuelle pertinente quant à la gestion des produits de vidange, aux échelles locale de Gado et de la Commune de Garoua-Boulaï et régionale du Lom-et-Djerem (si pertinent) notamment en matière de (liste non restrictive) :
o Géographie, géologique, hydrologie, climat ;
o Démographie, économie, socio-culturel, infrastructures, institutions ;
o Politique nationale ;
o Etc.

- Elaborer une présentation des politiques étatiques et institutionnelles en matière de gestion des déchets fécaux, à l’échelle de Gado site et village, de la Commune de Garoua Boulai, de la Communauté urbaine de Bertoua et nationale ;

- Diagnostiquer la situation actuelle de l’assainissement relatif aux déchets fécaux, à l’échelle des habitants de Gado site à l’échelle de la commune de Garoua Boulai, de la communauté urbaine de Bertoua et à l’échelle du district du Lom-et-Djerem, en s’appuyant à chaque niveau sur:
o Le taux de couverture de l’assainissement : les pourcentages de ménages utilisant les latrines améliorées / partagées / non améliorées / défécation à l’aire libre et autres ;
o Le diagramme des flux des matières fécales (SFD) selon la chaine de valeur de l’assainissement (collecte / stockage, transport, traitement, valorisation / décharge) :
 % matières fécales suivant de façon adéquate la chaine de valeur ;
 % matières fécales suivant de façon non adéquate la chaine de valeur ;
 % matières fécales qui ne suivent pas de façon adéquate la chaine de valeur ;
 dégager les risques sanitaires (santé publique) et impacts sur l’aspect genre, sur l’environnement, les moyens d’existence des populations ainsi que pour la gestion des terres.
o Le tableau d’analyse des parties prenantes de l’assainissement (rôles, ressources, enjeux, stratégie et interrelations) qu’ils soient formels, de fait ou potentiels ;
o Le marché de l’assainissement : offre et demande publique / privée de services d’assainissement, existence de moyens de financement de projets d’offre de service d’assainissement, etc. et décrire le cadre des services d’assainissement actuel et la diversité éventuelle des modèles ;
o Les opportunités et difficultés selon les pratiques existantes (de vidange, etc.) : besoins en infrastructure d’assainissement, besoins en changements de comportement, obstacles socio-économiques et culturels, existence de terres, etc.

- Selon les résultats des premières phases d’étude (contexte socio-économique, culturel, institutionnel, environnemental, etc.), définir, caractériser et comparer les solutions de gestion des déchets fécaux (boues de vidange non hygiénisées extraites des fosses simples, boues en maturation vers humus extrait des fosses alternées), pouvant intégrer si pertinent la gestion des déchets ménagers. Pour chaque filière d’assainissement proposée :
o Définir de manière qualitative et quantitative les différentes étapes de la filière et les technologies employées ;
o Définir les produits primaires (entrants) et les produits secondaires (sortants) pour les différents groupes fonctionnels de la chaine de valeur de l’assainissement : stockage, collecte / vidange, transports, traitement, valorisation ;
o Evaluer les ressources matérielles, financières et humaines nécessaires (budgétisation) pour chaque étapes de la filière et les systèmes de recouvrement des coûts à envisager (viabilité financière) ;
o Identifier les acteurs, les nécessités et possibilités de développement d’un marché, d’Activités Génératrices de Revenus (AGR) et de partenariats, les compétences et expertises particulières s’inscrivant dans cette filière de gestion des déchets fécaux ;
o Evaluer les enjeux et besoins éventuels de changements institutionnels, socio-économiques, comportementaux, infrastructurels, organisationnels etc.
o Evaluer sa capacité d’extension et dresser les éléments chronologiques clés à prendre en compte dans leur mise en œuvre et leurs capacités de développement à court, moyen et long terme (système primaire à court terme, système avancé à moyen terme et développement optimal à long terme) ; ;
o Elaborer les différents scénarios de mise en place des filières dans le camp tenant compte des enjeux organisationnels (rôle du secteur public, partenariat public-privé, intégration d’activités génératrices de revenus pour les populations réfugiées etc…) économiques (capacité des usagers à payer le service, capacité d’investissement en infrastructures de la commune, etc ….) et techniques ( types de latrines en usage dans le camp, fréquence de vidange, type de relief et sol, etc.).
o Estimer la qualité des solutions proposées par rapport au diagnostic initial, en particulier en termes de pertinence, d’efficience, d’efficacité, de durabilité, d’impact, de cohérence avec les politiques locale et nationale et d’appropriation par les acteurs et les communautés ;
o Analyser les forces, faiblesses (limites, etc.), opportunités et risques des filières proposées et les mesures de mitigation, potentiellement en s’appuyant sur la capitalisation d’expériences connues ou documentées en contexte similaire, notamment au Cameroun ;
o Formuler les recommandations particulières à intégrer dans la stratégie opérationnelle de la filière et notamment les étapes clés de la stratégie de communication (à l’instar de messages clés basés sur les déterminants culturels, etc.) ;
o Elaborer une synthèse comparative des solutions proposées et évaluer leur faisabilité.

- Produire et livrer le rapport en français avec annexes (2 exemplaires physiques papiers reliés et fichier numérique sur clé USB) de l’étude de faisabilité, présentant :
o la bibliographie ;
o un résumé exécutif (la méthodologie employée, le planning de travail, etc.) ;
o le rapport narratif de l’ensemble des analyses et points énumérés ci-dessus dans les résultats attendus, joignant en annexes les documents pertinents à l’appui (fiches méthodologiques d’activité, outils, source documentaire, etc.) ;
o un tableau récapitulatif des principales conclusions et recommandations (à court, moyen et long terme)
o un draft de budget et de chronogramme de mise en œuvre pour les différentes solutions proposées
- Assurer la restitution de cette étude aux acteurs locaux avec un support power point, lors d’un atelier de présentation organisé par SI.

METHODOLOGIE DE TRAVAIL :

La méthodologie proposée pour la réalisation de la mission d’étude de faisabilité sera séquencée par (simple proposition, le consultant précisera sa méthodologie dans son offre) :
- Un briefing par le département Programme de Solidarités International ;
- Une revue documentaire, collecte et analyse de données secondaires (contexte, technique, normes et plans nationaux et régionaux en la matière, usage des latrines dans le camp, etc.) ;
- Un travail de terrain de collecte et analyse de données primaires auprès des ménages, des autorités et sectoriels de la zone d’étude (pratiques locales, régionales et nationales de vidange ;
- L’analyse et la synthèse des données, l’étude et la conception de solutions ;
- Des échanges entre le consultant et le département Programme de SI ;
- Rapportage et restitution.

Le consultant pourra utiliser les sources et outils suivants (dont certains pourront lui être fournis, liste non restrictive) :
- Manuel et outil Technology Applicabilité Framework (TAF), développé par le projet de recherche WASHTech ;
- Preparing to be unprepared : Decision Making and the Use of Guidance on Sanitation Systems ans Faecal Sludge Management un the First Phase or Rapid-Onset Emergencies, public par Elhra’s Humanitarian innovation Fund
- Compendium des Systèmes et Technologies d’assainissement, Publié par l’EAWAG ;
- Enquête de fréquentation des latrines dans le camp.

La méthodologie détaillée reste à l’initiative du consultant et fait partie intégrant de la proposition (sources documentaires, méthodes de collecte de l’information, forme attendue des résultats, etc.).



DUREE ET MODALITES DE LA CONSULTANCE :

La mission de consultance se déroulera idéalement avant le 15 septembre 2018, sur une période de 6 semaines environ, comprenant le travail préparatoire, le travail de terrain et l’étude, la rédaction d’une première version du rapport et sa soumission à SI. Ensuite, SI formulera des recommandations à prendre en compte dans la version finale du rapport d’étude.
Le consultant prendra à ses propres frais son visa s’il y a lieu, son transport, son hébergement, ses déplacements et sa restauration ainsi que des équipes qu’il souhaitera mobiliser. Il fournira également le matériel (informatique, bureautique, etc.) nécessaire à l’exécution de sa mission.

PROFIL DU CONSULTANT :

Le consultant sera un(e) expert(e) national(e) ou international(e) disposant d’une expérience solide en matière de développement de filière d’assainissement. Il ou elle devra répondre aux qualifications et expériences suivantes :
- Diplôme d’études universitaires supérieures en génie sanitaire ou sciences de l’environnement, sociales, politiques ou économiques, ou tout autre domaine pertinent ;
- Expérience significative en conception et mise en œuvre de système de gestion des produits de vidange des latrines dans les camps de réfugiés et/ou populations vulnérables ;
- Expertise technique dans les domaines de la gestion et valorisation des déchets fécaux et s et bonnes connaissances en planification et suivi des activités, des concepts d’autonomisation et de développement de filière durable ;
- Expérience significative en région subsaharienne et plus particulièrement au Cameroun ;
- Avoir une excellente maitrise de la langue française, d’excellentes aptitudes de communication et savoir organiser et animer des séances multi-acteurs ;
- Avoir d’excellentes aptitudes d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
- Maitriser les logiciels courants (Word, Excel, PowerPoint).

CONSTITUTION DE L’OFFRE ET MODALITES DE REPONSE :

L’offre devra comporter :
- Offre technique comprenant :
o Un exposé de la compréhension des enjeux de l’étude et des termes de référence : développement d’une problématique et formulation de questions auxquelles l’offre propose de répondre ;
o La méthodologie à mettre en œuvre et les outils proposés ;
o Un chronogramme prévisionnel détaillé pour la réalisation de chacune des phases d’étude ;
- Offre financière comprenant le budget détaillé de la consultance (intégrant l’ensemble des coûts liés à la consultance) ;
- Le(s) CV du (des) consultant(s) accompagné(s) de la liste des études et des références de ces précédentes missions et expériences.

Les offres complètes devront être envoyées à Solidarités International, au plus tard le 20/07/2018, par email à TOUTES les adresses suivantes :
recrutement@solidarites-cameroun.org
grb.rp.eha@solidarites-cameroun.org,
coo.prog@solidarites-cameroun.org,
grb.ct@solidarites-cameroun.org,
Ou à défaut en version papier au bureau de Solidarités International Garoua Boulai ou Yaoundé dont les adresses suivent respectivement :
- Quartier Doforo-Rue de Motel KADEY-GAROUA BOULAI (Est du Cameroun)
- 2ème étage immeuble NJOUYEP, parcelle N°155, Rue 1.815, Vallée Bastos, Référence : à côté de la résidence du Président du Sénat Camerounais, à portée de vue sur la Société de gardiennage G4S- Yaoundé


CRITERES DE SELECTION :

La sélection de l’offre se fera suite à l’examen des offres techniques et financières, sur la base des critères suivants :
- Compréhension de l’objectif de la consultance ;
- Pertinence de la méthodologie d’étude proposée (cohérence avec les résultats attendus) ;
- Le coût et l’efficience de la proposition (rapport coût / qualité) ;
- Compétences techniques et références du (des) consultant(s).

Les modalités financières seront précisées lors de la signature du contrat.




Vous avez aimé cette annonce ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Annonces similaires